Dernières nouvelles

Versement de l'aide 2017/2018

L'école a bien reçu le 16 Octobre les fonds de la campagne 2018/2019. Nous avons pu récolter 650€.

Ils seront comme convenus utilisés pour la réparation de la route qui mène aux nouveaux bâtiments, les lits des internes ainsi que les pneux du bus.

Cérémonie de remise des diplômes

La cérémonie de remise des diplômes a eu lieu ce 14 octobre dernier sur l'ancien site, celui que nous avions visité en 2014 et qui héberge encore les petites classes.

Réouverture de l'école le 24 Septembre

L'école vient de rouvrir ses portes le 24 septembre dernier. Les élèves les plus agés (Std. VII) ayant terminé leurs examens, ils ont quitté l'école.

Les difficultés financières empêchent l'école de garder l'internat aussi plein qu'elle le souhaiterait. Beacoup de familles ne parviennent pas à régler les frais de scolarité. De fait, certains des salaires d'Août n'ont pas encore pu être payés.

Examens de fin de premier cycle

Les 5 et 6 septembre les élèves les plus âgés ont passé leurs examens nationaux de fin de premier cycle. Nous pensons fort à eux.

Aout 2018: sortie de classe des internes

A un mois de leurs examens de fin de primaire, les élèves de dernière année sont descendus dans la gorge qui borde l'école (80m de dénivelé!), pour se baigner dans la rivière où l'école puise son eau (avec une pompe, celle qui avait été volée il y a quelques mois), sous la surveillance de Dawn et d'une accompagnatrice.

Juillet 2018: le froid est là

L'école félicite la France pour sa victoire à la coupe du monde de football ;)

Le froid est arrivé. Les températures minimales, tournant autour de 15°C, ont amené l'école à faire poser des vitres aux fenêtres.

Les professeurs disposent maintenant de quelques chaises et bureaux. L'école va nous envoyer des photos sous peu.

Certains étudiants ont remporté les joutes oratoires, l'école est très fière d'eux (et nous aussi) ! Ils seront mis à l'honneur prochainement.

Juillet 2018: Reprise des cours

L'école a réouvert ses portes après les vacances, ce lundi 2 juillet. La fin de l'année scolaire est prévue le 7 décembre.

Parmis les matières de ce deuxième semestre, les élèves apprécient tout particulièrement le sport, les concours de talent, et les joutes oratoires.

Juin 2018: Résultats des examens blancs

L'école a organisé la tenue d'examens de fin de primaire blancs. Ils nous envoyé les résultats.

Les résultats ne sont pas aussi bon qu'espéré par l'équipe pédagogique: Aucun A, 40% de B et le reste ont eu un C.

Cela signifie quand même que tous les élèves auraient obtenu leur diplôme si cet examen avait été le vrai. En effet, la première note éliminatoire est le D, correspondant à moins de 60% de bonnes réponses. En "français": il faut au moins 12/20 pour réussir, et tous les élèves ont eu au moins cette note.

L'équipe compte mettre les bouchées doubles afin de préparer les élèves pour le véritable examen les 5 et 6 septembre. Les difficultés liées aux pluies, rendant impraticables la route vers les nouveaux bâtiments, les ont obligé à réorganiser les emplois du temps.

L'école aimerait pouvoir loger les enseignants près des nouveaux bâtiments afin d'éviter ces désagrément saisonniers l'année prochaine.

Juin 2018: Inspection de l'école par l'administration

En Février dernier, le personnel du ministère de l'éducation est venu inspecter l'école, mais le rapport d'inspection n'est parvenu à l'école qu'en Juin. Ils nous l'ont transmis.

L'inspection note favorablement l'emplacement du nouveau bâtiment, avec ses salles de classes, ses sanitaires, l'eau courante, l'électricité et la mise à disposition d'un transport scolaire.

Les livres et matériels d'enseignements disponibles sont conformes au programme. Les enseignants sont en nombre suffisant pour les élèves et disposent des qualifications requises.

L'inspection regrette cependant les difficultés liées à localisation conjointe entre l'ancien emplacement (pour les petites classes) et le nouveau bâtiment (pour les plus âgés) et au manque d'équipement du nouveau bâtiment:

  • pas de portes aux toilettes,
  • pas de clôture extérieure,
  • manque général de meubles (par exemple les lits) et de bâtiments annexes (cuisine, réfectoire, bibliothèque...).

La famille Mwaïpopo nous avait alerté depuis septembre dernier de ces difficultés. Espérons que notre campagne 2017/2018 les aide à y faire face.

Mars 2018: Vacances de pâques

Les vacances de pâques ont commencé le 23 Mars et se sont terminées le 3 ou 9 avril selon les classes. Une matinée de rencontre entre les parents et les professeurs a été organisée à l'occasion de la fin des cours.

Les prix de la nourriture augmentant, l'école n'a pas pu appliquer la réduction de 20 000 TZS (<8€) qu'elle espérait offrir aux parents et a dû faire un rappel des cotisations.

L'école maintient la gratuité de l'internat, mais le retard de paiement des cotisations rend cette gratuité de plus en plus difficile à maintenir.

Janvier 2018: Vie quotidienne à l'internat

Tous les élèves de dernière année sont maintenant en internat. Le budget pour des lits superposés n'a pas encore été réuni, aussi les enfants dorment sur des matelas à terre.

Les lits superposés les moins chers coûtent 55€, il faudrait donc un peu moins de 1400€ pour fournir à l'école les 25 lits nécessaires.

Nous nous attendons à de très bons résultats à l'examen de fin de primaire pour les 43 (et bientôt 48) elèves en dernière année. L'année scolaire a débuté le 8 Janvier, souhaitons leur bonne chance :)

Le réfectoire n'est pas encore construit, les dîners se prennent assis par terre. L'ambiance est bonne mais ils serait bon que cette situation ne dure pas.

Il n'y a pas de toilettes dans les dortoirs, et les enfants doivent utiliser celles des salles de classe.

Les salles de classe ne sont pas encore peintes, il n'y a pas de vitres aux fenêtres, et il manque encore deux cadres de fenêtres

La route qui mène à l'école n'est pas bitumée, le bus ne peut pas passer s'il a trop plu, et les élèves finissent à pied.

Les élèves de première année, dans la vidéo ci dessous, nous souhaitent un joyeux Noël et une bonne année.

Janvier 2018: Etudiants en quête d'un parrain

Certains élèves, ne pouvant payer les frais de scolarité, sont pris en charge par l'école. Cependant, leur entrée à l'internat à partir du 3 Janvier va faire augmenter la charge financière pour l'école, qui a du mal à l'assumer.

Pour 450 €, il est possible d'offrir un an d'éducation en internat à un enfant.

Dans l'ordre, il y a:

  • John Stephen, pris en charge par l'école depuis que son père est mort quand il avait 4 ans. Ses grands parents s'occupent de lui depuis,
  • Zainab Fuahiri, une orpheline vivant avec sa tante, vendeuse de rue, amenée à l'école par un élu municipal,
  • Immanuel Fredy, l'aîné d'une famille de trois enfants que le père a abandonnée, sa mère célibataire est vendeuse itinérante de sardines.
  • Rachel Emmanuel, vient d'une famille excessivement pauvre, même d'après les standard locaux, de 5 enfants
  • Zainab Mohammed, née d'un père asiatique ajourd'hui en prison et d'une mère africaine, elle est rejetée par la famille de son père. Elle aurait, en plus des frais de scolarité, besoin de s'acheter des chaussures et un nouvel uniforme.
  • Faisal Jafary, dont nous avions déjà parlé en septembre, ses deux parents sont morts du SIDA, et il est lui-même séropositif.

Décembre 2017: Projet d'internat

Les 4 derniers niveaux de primaire (il y a 6 années de primaire en Tanzanie) devraient maintenant s'installer de manière pérenne dans les nouveaux bâtiments.

Le coût du transport n'est pas anecdotique pour l'école et les parents, aussi il est envisagé de faire dormir les enfants dans leurs salles de classe (car louer des logements dédiés serait trop cher également) en attendant de construire un internat digne de ce nom. Pour cela, il faudrait d'abord grillager le terrain, notamment sur la partie qui longe la gorge où coule la rivière, afin d'éviter les chutes.

Les parents qui ne l'avaient pas encore fait ont découvert les nouveaux locaux le 8 décembre à l'occasion de la journée parents-professeurs/

Novembre 2017 : visites aux parcs nationaux

Les petites classes de primaire ont visité le parc national du Manyara le samedi 25 novembre.

Novembre 2017 : visites aux parcs nationaux

Une semaine avant, les élèves de maternelle se sont rendu au parc national d'Arusha pour une visite guidée.

Novembre 2017 : Utilisation des fonds de la campagne 2016-2017

La trésorerie de l'école ayant été réduite avec les travaux récents, notre apport cette année a été principalement utilisé pour payer certains salaires. Dans l'ordre:

  • Nuru et Margret, les cuisinières, entourent Said le jardinier.
  • De gauche à droite:
    • Runda (professeur de sciences et de kiswahili en CM2, et chargé de diverses responsabilités administratives),
    • Ezekiel (directeur adjoint et professeur de mathématiques et de sciences sociales en CM1),
    • Donatila (profeusseure de kiswahili et de ce qu'on appelle technologie chez nous au secondaire (vocational skills et PDS) en CM1),
    • Muddy (professeur de mathématiques et de sciences sociales en CM2),
    • Daniel (professeur de français), et un ancien élève nommé Innocent (maintenant assistant d'enseignement) ont pu être payé sur les fonds propres de l'école.
  • Donatila et sa classe de CM1.
  • Muddy et Innocent et leur classe de CM2.

Le reste de la somme a été utilisé pour quelques dépenses de fonctionnement courant (remplacement du carter de transmission et un plein pour le bus, matériel de classe, etc.).

Novembre 2017 : les attaques de babouin

Des babouins viennent voler les légumes du potager, chassés de leurs forêts par l'extension des terres cultivées, ils se rapprochent de l'école qui est la seule zone encore verte dans le voisinage. Le jardinier, et parfois même les enfants, leur courrent après.

Octobre 2017 : Réception des fonds et vol de la pompe

L'école a bien reçu l'intégralité des fonds récoltés lors de notre deuxième campagne, la campagne 2016-2017.

Malheureusement, la pompe qui servait à amener l'eau depuis la rivière en contrebas a été volée une nuit.

Octobre 2017 : la vie à l'école

Dans les nouveaux bâtiments, la cuisine se fait dehors, près du potager, car un bâtiment dédié n'a pas encore été construit. Les enfants mangent à leur bureau dans les salles de classe.

Les élèves de CM1 ("Standard VI") sont allés en randonnée:

Septembre 2017

Voici un enfant en attente de parrainage. Ses deux parents sont morts du SIDA, il est lui même VIH-positif. L'école assume ses frais de scolarité grâce à la solidarité des autres familles, mais une aide externe serait la bienvenue !

Et voici deux vidéos, dont une en français (reconnaîtrez vous la chanson ?).

Août 2017 : Les nouveaux bâtiments accueillent les enfants

L'ancienne maison des Mwaipopo continue à accueillir les enfants les plus jeunes, avec maintenant un peu plus de place. Lors de notre passage en 2014, les enseignants se tenaient sur une table au centre afin de ne pas prendre de place au sol. Les choses vont mieux désormais.

Les nouveaux bâtiments ont commencé à être exploités pour les enfants les plus âgés.

Février 2017 : Les travaux progressent

Des grilles ont été mises aux ouvertures, les dortoirs ont commencé à être construits, le bâtiment sera exploitable dès que l'électricité sera installée.

Janvier 2017 : Travaux des nouveaux bâtiments

La maison des Mwaipopo, transformée en école, devenant trop petite, des travaux sont entrepris un peu à l'extérieur d'Arusha. Les travaux progressent bien, malgré des difficultés liées à l'approvisionnement en eau (le cours d'eau est plus de 10 mètres en contrebas) et à l'évacuation des eaux usées (les ouvriers ont renoncé à creuser la fosse septique car le sol est trop difficile à travailler).

Décembre 2016-Janvier 2017 : Achat de matériaux et équipements pour le nouveau bâtiment

Les premiers fonds envoyés par notre association ont permis des achats pour le nouveau bâtiment. Les Mwaipopo ont par ailleur trouvé l'argent nécessaire au commencement des travaux et à la peinture du bus scolaire en jaune, couleur obligatoire à Arusha pour le transport d'enfants.

Historique

L'école

Située au coeur d'un quartier défavorisé d'Arusha, l'école primaire Integrity œuvre au quotidien pour offrir à ses 420 élèves l'accès à l'éducation et les meilleures chances d'intégrer les classes secondaires. La force de cette école fondée par la famille Mwaipopo dans leur propre maison, s'appuie sur 4 piliers :

  • l'apprentissage en anglais (et non en swaili),
  • la rigueur,
  • la mixité,
  • l'entre-aide.
Actuellement financée par les cotisations des familles les moins défavorisées, l'école doit également accueillir les enfants du quartier dont les familles sont trop pauvres pour participer. Il s'agit donc pour la famille Mwaipopo de gérer les besoins quotidiens pour garantir un enseignement de qualité mais également de prévoir à moyen terme l'agrandissement de l'école pour accueillir tous ces petits Tanzaniens en quête d'éducation...

L'association

En 2014, nous avons eu la chance de gravir le Kilimandjaro dont la base est située à quelques kilomètres d'Arusha. Nous avons été soufflés par la beauté du glacier et l'immensité du cratère mais nous avons également été profondément choqués par les conditions de vie des nombreux porteurs. Ces hommes et parfois femmes portent sur leur tête plus de 20kg de matériel la plupart du temps superflu comme des bouteilles d'oxygène ou des toilettes chimiques, en plus de leur propre sac. La plupart ne parlent pas anglais, n'ont peu ou pas d'éducation. Ils vivent au jour le jour, attendant essentiellement les pourboires de fin de treks. A notre modeste échelle, nous avons alors décidé de venir en aide à une école afin d'offrir une alternative par l'éducation aux enfants de la région. Grâce au guide Festo, nous avons fait la connaissance de la courageuse école Integrity. Et de là nous leur avons d'abord offert des fournitures scolaires et des livres d'anglais puis nous avons échangé régulièrement avec eux à propos des besoins profonds de l'école dont un ambitieux projet d'agrandissement pour pallier les classes plus que surchargées. Et c'est ainsi qu'en 2016, nous avons créé l'association «Go for Integrity».

Campagne 2015-2016

Pour la première année de l'association, nous avons décidé de participer au développement des locaux déjà existants. Cela nous a permis de consolider notre relation de confiance avec Integrity School. A cette époque, les priorités étaient les suivantes :

  • la construction d'un nouveau bâtiment,
  • refaire une partie du toit,
  • peindre le bus scolaire selon les normes nationales,
  • installer des toilettes,
  • connecter les locaux à l'électricité.
Avec les fonds récoltés, l'école a pu dans un premier temps acheter de quoi installer 7 toilettes à la turque et 3 urinoirs. Les quelques sous restants ont été utilisés jusqu'au dernier (factures à l'appui) pour... les balais d'entretien ! Dans un deuxième temps, grâce aux dons, l'école a pu acheter des briques et du ciment en grande quantité afin de construire le nouveau bâtiment attendu depuis longtemps, ainsi que du matériel électrique pour l'équiper !